Les belles choses

— Extrait « Les sentiments soudains », 2012

Les nuages blancs qui embrassaient le ciel depuis le début du jour vinrent à se dissiper laissant place au soleil qui fit briller les rosées tardives du jardin et fondre les cristaux de gel que la nuit avait formés. La brillance de ces rayons à travers les herbes lui rappela ces lumières en bord d’océans qui arrosent nos pensées de pierres précieuses et donnent le goût des belles choses. Comme la jeunesse est un art de vivre, les belles choses sont à apprécier et considérer, sinon la vie n’est qu’une perpétuelle montagne sauvage qui effraie. En restant suspendu d’émotion à la vue de ces brillances, Richard pouvait sourire en paix d’être si proche des « belles choses » qui comme les « petits riens » donnaient à ses journées une importance nouvelle. Eloïse faisait soudain partie de ces importances.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s